Make your own free website on Tripod.com
Choeur des Gymnases Lausannois
   
Saison 2003-2004
Programme - ARTICLES - Photos

La Presse: le concert
La Presse: interview

La Presse Riviera Chablais. Jean Cossetto
19 avril 2004

Concert apothéose hier à l'Auditorium Stravinski à Montreux
Elans libérateurs du Messie de Haendel

Le Choeur des Gymnases lausannois et l'Ensemble baroque du Léman laissent éclater leur joie.

Le Messie de Haendel, l'oratorio le plus populaire du répertoire, n'a plus besoin d'être présenté, tant l'oeuvre est adulée des mélomanes et du public. Est-ce la présence du célèbre Alleluia qui a toujours fasciné les foules et qui a été redonné en bis, puisqu'à la première exécution publique, le compositeur a cru voir s'ouvrir le ciel.
L'oeuvre a été exécutée hier intégralement et a débuté à l'heure. C'est le vrai respect du public venu nombreux à Stravinski.
Le Choeur des Gymnases lausannois, créé à l'instigation de René Falquet, est dirigé aujourd'hui par Olivier Piguet. Les choristes, renforcés par quelques anciens élèves et même par des professeurs, nous a confié notre voisine - membre du choeur, mais empêchée de participer cette année aux activités de l'ensemble - ont donné une exécution chaleureuse et soignée de l'oeuvre.
Sous la direction de leur mentor, les chanteurs ont fait un grand travail de préparation et ont mis tout leur coeur à l'ouvrage. Le résultat est impressionnant, même si une telle masse vocale n'est pas facile à modeler, notamment dans les nuances. L'intonation est précise, la fusion des voix encourageante et la dicipline vocale enviable, même si parfois, quelques chanteurs se laissent emporter par leur enthousiasme. Plutôt sympathique!

Le quatuor vocal
Si le choeur intervient dans 20 numéros sur 47, le quatuor vocal n'est pas en reste et se voit attribué un rôle important. La soprano Catherine Rouard force l'admiration par la souplesse de sa voix, sa sincérité et l'agileté de ses vocalises. Si le contre-ténor Thierry Dagon chante sa partie dans un style irréprochable, le manque de rondeur de sa voix ne fait pas oublier la présence d'un alto féminin, essentiel dans le Messie.
Le ténor Frédéric Gindraux - la grande révélation du groupe - émeut profondément par sa sensibilité, le velouté d'une voix claire et la noblesse de sa prestance. Marc-Olivier Oetterli allie musicalité et finesse de la voix, peur courantes chez une basse.
L'Ensemble baroque du Léman a apporté une contribution appréciée par sa souplesse et l'intonation précise des instruments anciens. Les trompettes baroques se sont montrées admirables dans l'Alleluia et pour la première, dans l'air de basse de bravoure "The Trumpet shall Sound". L'ensemble devient toujours plus le partenaire incontournable des choeurs de notre pays.
Enfin, soulignons le travail formidable effectué tout au long du festival par Roland Zimmermann, preneur de son pour Radio Chablais et qui fournit aussi ses enregistrements à Espace 2. Ca en dit long sur la qualité de son travail!

La Presse Riviera Chablais. Florence Millioud Henriques
Samedi 7 avril

Le Choeur des gymnases de Lausanne chante le "Messie" de Haendel
"A écouter comme si c'était une histoire"

Vingt-quatre jours pour aligner les notes sur la partition et... composer le "Messie"! Une soirée pour écouter cette oeuvre magistrale de Haendel, c'est demain au Montreux Choral Festival. Avec, sur scène pour ce concert de gala, l'Ensemble baroque du Léman et le Choeur des gymnases lausannois dirigé par Olivier Piguet.

- Un choix ambitieux...
- C'est vrai que cette oeuvre est ultra célèbre mais c'est aussi cet élément qui m'incite à puiser dans cette catégorie lorsque je dirige des élèves. Qui, il faut le savoir, ont choisi le chant par le biais de cours facultatifs. Donc à bien plaire... Ainsi l'occasion est belle de leur faire découvrir la grande musique. Dans un répertoire très varié qui touche diverses époques. Mais toutefois différent de la musique qu'ils écoutent au quotidien. De plus, la collaboration qui s'est mise en place avec le Montreux Choral Festival, qui nous a confié ce concert de gala, a parachevé la démarche.

- Et, en plus, ça colle à l'actualité?
- Tout juste, avec "La Passion du Christ", le film de Mel Gibson qui fait tant parler de lui. Le réalisateur américain articule son oeuvre autour d'un certain point de vue, Haendel en offre un autre. Mais à la base, l'histoire est la même avec ses passages violents qui évoquent la crucifixion puis les moments plus doux. Grand compositeur d'opéra Haendel accentuait la mise en scène musicale. Une technique qu'il utilise pour renforcer les moments forts de la mort à l'espoir.

- Appel est donc fait à toute la gamme des sentiments. Il faut savoir moduler...
- Comme chanteur, c'est effectivement mon pain quotidien. Ce sont les sentiments qui nous donnent les clés de l'inteprétation.

- Le "Messie" est doncun peu une oeuvre-école?
- Si on pense à sa célébrité, oui tout à fait, c'est une oeuvre-école. Et plus on travaille sur le "Messie" plus on l'entend d'une autre façon. C'est d'ailleurs partagé par plusieurs élèves. Quant au public, la clé c'est de se laisser porter par le fil des événements... Et écouter le "Messie" comme on le fait pour une histoire.