Make your own free website on Tripod.com
Choeur des Gymnases Lausannois
   
Saison 2000-2001
Programme - Articles - Photos - Catalogne - FILM "Passages"

Le film tourné lors de la saison 2000-2001 (Requiem de Mozart & Chants de l'au-delà de Jean-Claude Bossel), "Passages", est sorti sur les écrans romands au printemps 2003.

"Passages" propose un parcours musical, artistique et humain autour de la question de la création, mais aussi du rêve, de la mort et d'un hypothétique au-delà...

Pour plus de renseignements, vous êtes invités à visiter le site du réalisateur du film, Bernard Novet, à l'adresse www.aragos.ch.
Vous pouvez désormais commander la vidéo ou le DVD!

Jean-Philippe Bernard, 24 Heures (Week-end), 8 mai 2003

ZOOM sur Passage de Bernard Novet

Voix de lumière

Un documentaire retrace un concert intense donné en 2001 à la cathédrale de Lausanne par le choeur des gymnases lausannois.

"Dehors la pluie lave la ville, tout est ce soir si facile." Lorsque l'orage éclate, quand la pluie dégouline sur les auvents, on pense à la vieille chanson des Young Gods. Pourtant en ce soir de mai 2001, les voix qui font vibrer les murs de la cathédrale de Lausanne viennent de beaucoup plus loin: sous la diretion d'Olivier Piguet, les 180 jeunes du choeur des gymnases lausannois réveillent le Requiem de Mozart, affrontent les Chants de l'au-delà, une partition inédite et originale du compositeur vaudois Jean-Claude Bossel. Dans son long métrage Passages, le réalisateur Bernard Novet revient avec patience et pertinence sur cette grande aventure. En quelques plans, Novet rappelle l'impressionnant lien physique, émotionnel tissé ce soir-là entre les différents acteurs de la cérémonie et un public au bord de la transe. Régulièrement les images du chef d'orchestre, seul face à un véritable mur de voix, reviendront ponctuer de leur intensité lumineuse l'histoire d'une rencontre entre l'univers de Mozart et le chamanisme de Bossel, gentil ogre tourmenté par les mystères de la vie. Devant la caméra de Novet, celui-ci révèle une humanité sans fard. Invité d'honneur, le spectateur voit carrément la musique jaillir de son esprit, faire trembler la terre, secouer les nuages. A leur tour, Piguet et ses élèves font part de leurs envies, de leur crainte, de l'excitation qui les gagne à mesure qu'approche l'événement.
Plus qu'un documentaire, Passages est le récit d'une aventure peu ordinaire, connecté avec les âmes et une nature dont l'épanouissement printanier annonce l'imminence du passage à l'acte. C'est surtout un film qui dit sans détour que la musique peut changer la vie.

Thierry Jobin, Le Temps, 15 mai 2003

Passages

Documentaire de Bernard Novet

Chroniqueur cinéma pour le quotidien «24 Heures», assistant notamment de Claude Champion et collaborateur de la TSR, Bernard Novet a été séduit. Il est revenu à la réalisation lorsque, dans la perspective d'un concert donné en mai 2001 à la cathédrale de Lausanne, 180 adolescents du Choeur des gymnases lausannois se sont mis à répéter, sous la direction d'Olivier Piguet, le «Requiem» de Mozart et les «Chants de l'au-delà», création spécialement composée par le Vaudois Jean-Claude Bossel. Novet s'est moins intéressé à reproduire l'ampleur de ces oeuvres (difficile à faire passer en format vidéo) qu'à enregistrer les hésitations et interrogations des élèves et de leurs professeurs face aux problématiques posées par Mozart et Bossel: la mort et l'au-delà. C'est là la force de ce documentaire: ne pas se contenter des partitions livrées clés en main, mais remonter aux sources de l'inspiration. Novet, avec ses petits moyens, y parvient.

Antoine Rochat, Ciné-feuilles, 7 mai 2003

Passages

Caméra numérique en main, le cinéaste Bernard Novet a suivi le travail de préparation d’un concert, celui donné il y a deux ans par le Choeur des gymnases lausannois (avec au programme le Requiem de Mozart et les Chants de l’au-delà du compositeur vau­dois Jean-Claude Bossel). Réalisateur de cet intéressant «parcours musical» Bernard Novet (connu pour sa collaboration à plusieurs émissions de la TSR, Zig Zag Café, A Bon Entendeur, etc) s’est trouvé confronté parfois au problème récurrent de l’accompagnement en images de la musique, dés l’instant où on en parle et où on l’entend. C’est peut-être là qu’on pourrait émettre quelques réserves, en regrettant aussi que le film - ambitieux - parle de trop de choses... De Mozart d’abord, bien sûr. De Jean-Claude Bossel ensuite, dont les interventions s’efforcent d’expliciter le processus de créationmusicale, mise ici  "sous influence mozartienne". Ce qui n’empêche pas le compositeur vaudois d’aller visiter d’autres cultures, jusqu’aux Aborigènes australiens qui semblent avoir un certain accès et une forme de complicité avec l’au-delà.

PASSAGES laisse entendre - les propos des gymnasiens le confirment - que toute la préparation de ce concert a été une expérience très riche, faite de rencontres, de réflexions et d’émotions. Avec, au bout du parcours, ce mystérieux passage vers la mort (celle de Mozart et la nôtre), ce cheminement vers l’indicible.

Les meilleurs moments du film de Bernard Novet se situent sans doute dans les commentaires et les explications du directeur du choeur, Olivier Piguet et dans les interventions du compositeur (on regrettera peut-être le peu de place accordée à l’audition des Chants de l’au-delà). On retrouve par ailleurs dans PASSAGES tout l’enthousiasme et toute l’émotion des gymnasiens qui ont participé à cette expérience, à ce “passage” qui prend parfois la forme d’une confrontation de deux univers musicaux.